Je protège mes yeux… parce que je n’en ai que deux !

Logique me direz-vous ?

Oui, mais ce n’est pas si facile quand on sait qu’en moyenne, un foyer possède pas moins de 6 écrans (TV, ordinateur, tablette, smartphone…) et que le temps passé devant ces écrans ne cesse d’augmenter…

Et s’imaginer que cette exposition prolongée devant les écrans – de plus en plus tôt de surcroit – n’ait aucune incidence sur la santé de ses yeux, est à mon sens, pure utopie !

Si je vous parle de ça aujourd’hui, c’est que j’ai toujours beaucoup utilisé mon ordinateur mais que depuis environ deux ans, j’utilise non seulement mon ordi mais aussi ma tablette, mon smartphone, ma TV non-stop jusqu’à arriver à saturation (et d’autres utilisent en plus le GPS de la voiture, l’écran intelligent du frigo, une liseuse et je ne sais quoi d’autre…) ! Et pourtant, je fais partie de la population consciente des risques depuis le départ et qui s’est mise relativement tardivement à utiliser ces produits de consommation (qui ne respectent pas l’environnement soit dit en passant…).

Bref, au bout de ces deux dernières années, moi qui avais toujours eu 10/10 à mes rares visites chez l’ophtalmologue et lors des visites médicales du travail, j’ai commencé à sentir un réel malaise au niveau de mon champ visuel :

  • vision trouble,
  • fatigue visuelle,
  • douleur orbiculaire,
  • gêne importante et sensation de ne pas avoir les yeux « en face des trous »,
  • tendance à l’éblouissement,
  • crispation quasi-permanente à hauteur des yeux et des sourcils…

Et le pire, c’est que ces symptômes sont arrivés progressivement voir pernicieusement. Or, quand on n’a jamais eu de problème de vue, on considère ça comme quelque chose d’acquis !

Après quelques recherches sur mes symptômes qui m’orientent vers le SVO et craignant une dégénérescence maculaire précoce, j’ai donc décidé comme à mon habitude, de prendre ma santé en main et le taureau par les cornes !

J’ai trouvé un site français qui vend des lunettes de repos/anti fatigue sans ordonnance, aux verres traités COOL BLUE™ qui bloquent jusqu’à 30% de la lumière bleue nocive, à prix raisonnable et qui correspondait exactement à ce que je cherchais (consultez tous les détails techniques ici).
J’ai donc contacté ce site qui m’a proposé de tester cette jolie monture et de vous présenter mes conclusions à l’issue de ce test (je les en remercie).

Lunettes avec étui

Les points positifs de ces lunettes anti-fatigue :

  • Efficaces (nette diminution des douleurs, de la fatigue oculaire, vision plus nette…)
  • Jolies : design élégant et tendance,
  • Prix très abordable,
  • Bonne qualité globale de la prestation (envoi rapide, emballage, produit et étui, etc),
  • Entreprise « locale » : aixoise.

Les points négatifs de ces lunettes anti-fatigue :

  • Monture légèrement tordue (en cherchant la petite bête).

CONCLUSION :Mes lunettes anti-fatigue N&B
Après plus d’un mois d’utilisation, je peux déclarer que ce test s’est avéré probant.
Les lunettes anti-fatigue apportent le soulagement attendu, améliorent progressivement l’état de la vue et préservent le capital santé des yeux.
Je ne peux donc que vous les recommander.

Alors, si jamais vous passez énormément de temps devant vos écrans, que vous ressentez des symptômes comme ceux décrits plus haut* ou que vous connaissez des proches ou des personnes concernés, partagez-leur cet article !

De plus, vous pouvez faire un cadeau utile et sympa pour Noël, alors n’hésitez pas !

 

En complément, vous pouvez également installer ce logiciel très pratique et gratuit : f.lux.
Retrouvez le site de lunettes anti-fatigue ici
et bénéficiez de 10% de remise avec le code : AFG10 jusqu’au 31/12/15 en plus des frais de port offerts !

*Songez aussi à consulter un ophtalmologue !

Back to blog !

Hellooooo everybody !

Je suis ravie d’être de retour sur la blogosphère après une telle absence ! ! !

Et pour revenir tout en douceur, j’ai choisis pour vous les articles suivants de ma collection car ils vont s’avérer utiles à partir de maintenant…

Rouge à lèvres SO'BIO étic rouge grenat n°7.– Commençons tout d’abord avec le rouge à lèvres SO’BIO étic que j’ai testé ces derniers mois et que j’ai adoré.
Sa couleur, la teinte Rouge grenat n°07, est super pratique ! Soutenue et nacrée juste comme il faut, elle est parfaite pour donner bonne mine.
Selon le dosage, on peut clairement passer de l’effet bouche gourmande à carrément sophistiqué ! D’une bonne tenue et confortable, ce rouge à lèvres fait désormais partie de mon top 3, derrière la teinte Bois de rose n°04 et devant la teinte Brun moka n°08 ! Souvenez-vous, je vous en parlais ici…

– Pour continuer, je vous invite à relire, si ce n’est pas déjà fait, les petits conseils santé pour bien démarrer cette partie de l’année et récupérer de la vitalité. En effet, après les longs mois d’hiver, on a bien besoin de nettoyer son organisme et de reprendre de bonnes habitudes !

– Avant l’arrivée de la chaleur, vérifiez ici si vous êtes calé sur vos besoins en hydratation (ou pas) et concoctez-vous un déodorant maison grâce à ma recette…

– Puis, pour étinceler de mille feux pendant vos vacances ou vos soirées printanières et estivales, je vous invite à découvrir ou à redécouvrir cette super recette.

– Enfin, pour batifoler en toute sécurité, suivez ce lien…

En attendant mes prochains articles /vidéos actuellement en préparation, je vous souhaite une bonne lecture et attends vos réactions, alors n’hésitez pas… J’ai hâte de vous lire de nouveau !

Vous pourrez trouver ce rouge à lèvres ici.
pub
PS : la fête des mères approche…

Un déodorant anti-transpirant, fait maison et efficace, est-ce possible ?

Bonjour, bonjour !

Eh bien oui, aujourd’hui, il est question de transpiration… C’est l’été, il fait chaud et nous sommes tous soumis (hélas !) à ce phénomène physiologique tout à fait normal, durant lequel le corps maintient sa température aux environs de 37° (la transpiration permettant le refroidissement)… La chaleur, surtout humide, induit donc naturellement la transpiration, tout comme l’effort physique, les vêtements (trop) chauds mais aussi le stress et l’émotivité – surtout l’hyperémotivité (et je sais de quoi je parle)…

La transpiration est donc saine et bénéfique dans la majorité des cas, elle permet aussi d’éliminer des toxines.
Cette transpiration n’a pas d’odeur (eau : 99%, minéraux : 1%).
Eh non ! Ce sont en fait les bactéries présentes sur la peau qui vont particulièrement apprécier ce milieu humide, s’en nourrir et s’y développer (avec tout ce que ça implique) et c’est donc ce « microcosme » qui dégage cette odeur désagréable lorsqu’on transpire !

Voila, maintenant vous savez tout (ou presque) !

Donc bien évidemment, le 1er geste essentiel pour éviter les mauvaises odeurs, c’est d’avoir une bonne hygiène corporelle.

Pour toutefois prolonger l’effet de la toilette, on utilise de nos jours, le déodorant.

Il existe bien sûr des déodorants « chimiques » et des déodorants naturels dont les ingrédients et le pouvoir anti-odeur et anti-transpirant varient…

Personnellement, comme je l’ai dit plus haut, étant hyperémotive (et victime d’hyperhidrose = transpiration excessive), j’ai toujours eu du mal à trouver le déo idéal dans la première catégorie (à l’époque où je ne connaissais pas encore les pb liés à leur utilisation) comme dans la deuxième pour être honnête (les déos bio ont probablement fait des progrès depuis mais étant satisfaite du mien, je ne suis pas allée vérifier !).

J’ai donc décidé d’appliquer le fameux dicton disant « qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même » en créant ma propre recette de déodorant !

Du coup, cela fait maintenant plusieurs années que je fabrique mon propre déodorant anti-transpirant avec succès, en suivant la recette que je vais vous proposer maintenant !

Alors je le (re)précise tout de suite, je ne suis pas formulatrice de cosmétiques donc il s’agit de vous présenter le témoignage de mon expérience et il n’engage que moi. A vous de voir si vous tentez l’expérience de votre côté, à vos risques et périls :-O !

Passons donc à cette fameuse recette.

Le matériel requis (toujours désinfecter avant usage) :

  • 3 bols ou récipients,
  • Une cuillère à café (càc),
  • Un mini fouet,
  • Une balance de précision,
  • Un applicateur roll-on de 50ml, neuf ou recyclé (mettre en quarantaine un long moment après nettoyage si ancien roll-on non bio).

Les ingrédients, leurs propriétés et les quantités requises :

  • Du bicarbonate de sodium : déodorant, désodorisant, antifongique, alcalinisant… : 1càc à 1càc½,
  • De l’eau de source (ou de l’hydrolat, ex : hamamélis) : support aqueux, (astringent pour l’hamamélis) : 41,1 ml ou 41,1g,
  • Des huiles essentielles (qui ne tâchent pas !) : HE de palmarosa : antibactérienne puissante, astringente, antifongique et cicatrisante : 20 gttes et HE de lavandin : microbicide, bactéricide, cicatrisante et calmante : 10 gttes,
  • De l’extrait de pépins de pamplemousse : conservateur naturel antimicrobien et antifongique : 10 gttes,
  • De la gomme guar : épaississant, consistance et texture onctueuse : 0,5g,
  • De l’allantoïne : hydratant, apaisant, adoucissant, réparateur et cicatrisant : 0,5 g.

Le mode opératoire :

  • Placer les bols devant soi,
  • Placer la quantité totale d’eau dans le 1er bol (41,1ml) puis la répartir grossièrement en deux parties dans les 2 autres récipients (ce 1er bol ne resservira plus),
  • Dans l’un des autres bols, verser la cuillère ½ de bicarbonate et mélanger,
  • Dans l’autre, peser puis verser 0,5g d’allantoïne et mélanger à l’aide du fouet,
  • Dans ce même récipient, ajouter 0,5g de gomme guar et mélanger immédiatement pour éviter la formation de grumeaux (plus facile l’été) !
  • Toujours dans le même bol, verser les gouttes d’HE (rappel : 20 gttes de palmarosa et 10 gttes de lavandin),
  • Puis reprenez le 1er bol avec le bicarbonate, verser son contenu dans le 2ème bol et mélanger à nouveau vigoureusement à l’aide du fouet jusqu’à ce que le mélange redevienne homogène et onctueux,
  • Ajouter enfin les 10 gttes d’extrait de pépins de pamplemousse et re-mélanger,
  • Verser la préparation dans le roll-on préalablement désinfecté et ouvert,
  • Refermer. C’est terminé !

Les étapes en imageEt voilà comment je fabrique mon propre déodorant anti-transpirant !

 

Ses points positifs :

  • Efficace = très efficace contre les odeurs et également efficace pour limiter la transpiration excessive,
  • Protège et prend soin de la peau,
  • Facile à réaliser,
  • Écologique, naturel et bio,
  • Économique !

Ses points négatifs :

  • En fin de flacon, c’est à dire une fois le dernier tiers bien entamé, la texture peut perdre en onctuosité, en homogénéité et en efficacité. Le bicarbonate risque de prédominer dans le mélange, pouvant piquer après le rasage et laisser quelques traces blanches en plein été…

NB : Il est donc recommandé de bien secouer le mélange avant chaque utilisation, de l’utiliser rapidement et de ne pas attendre la toute fin pour en refaire un nouveau (c’est ce que je me dis chaque fois que j’applique mon déo tout neuf après avoir trop attendu ;-) …) !

Mon super déo fait maison !

Donc oui, en conclusion, un déodorant anti-transpirant, fait maison et efficace, c’est possible !!!

 

J’espère de tout cœur que le partage de ma recette vous a plu… et qui sait, peut-être aurez-vous envie de tenter l’expérience de votre côté ?
Si oui, partagez un commentaire sur cette page avec nous à ce sujet ou pour toute autre question ou réaction !

En vous souhaitant une bonne fin d’été bien au sec ;-), délicatement parfumée et sublimée, je vous retrouve très bientôt pour vous parler de quelques mascaras bios qui tiennent le coup en été, par exemple…?

Aller, byyye !

Trouver les matières premières à partir d’ici.

Non mais à l’eau quoi !?! T’as bu ?

Coucou tout le monde !

Je n’ai pas résisté à utiliser ce clin d’œil un brin décalé pour mon titre afin de vous inviter à parler d’eau de boisson ! ! ! Oui, je sais, je sais… C’est la chaleur !Eau de boisson

Eh bien justement, la chaleur a été aussi tardive que soudaine mais elle est enfin là, du moins dans le sud de la France…

Chaque année, on nous rabâche les oreilles pour boire abondamment en période estivale, encore plus en cas de canicule et encore un peu plus si on a un âge avancé !

Alors oui, certes, il faut boire plus lorsqu’il fait chaud pour ne pas se déshydrater mais j’aimerais aujourd’hui vous inviter à réfléchir à quelle eau boire, pourquoi, comment etc… Car boire plus ; oui, mais n’importe quoi ; non ! ! !

Pour commencer, voici un petit récap’ des boissons utiles pour s’hydrater comme pour améliorer sa santé :

Les boisons à éviter :

  • SODAS ! Même si c’est tentant lorsqu’il fait chaud !
  • Eau du robinet (ne criez pas, attendez de lire le reste et l’annexe !),
  • Alcool (qui déshydrate en plus du reste…),
  • Café,
  • Jus de fruits qui n’en sont pas (5% de fruits + sucre blanc + colorants + eau +…?),
  • Sirops…

Les boissons à privilégier :

  • Jus de fruits frais bio (nb : astuce pour rendre votre jus de fruit pétillant ; ajoutez 1 c à c de bicarbonate de sodium = succès assuré auprès des petits (et des grands) !),
  • Eau de qualité (voir détails plus bas et annexe),
  • Boisson au Kombucha,
  • Éventuellement et avec parcimonie, limonade bio,
  • Thé vert ou tisane que l’on peut consommer froid occasionnellement si on aime…

Revenons-en maintenant au sujet d’aujourd’hui : l’eau de boisson.

Vous vous demandez peut-être pourquoi faire un sujet là-dessus. Vous pensez savoir ce qu’il y a à savoir : boire si on a soif pour ne pas se déshydrater.

Mais non, les naturopathes notamment vous le diront : toutes les eaux ne se valent pas et non, il ne suffit pas de boire pour optimiser son état de santé. Mais alors quoi ? Vous demandez-vous, quel est le problème à la fin !?!

1) L’eau que l’on vous vend en bouteille avec renfort de pub et de marketing, dont on vous décrit tant les bienfaits de ses minéraux… n’est tout simplement pas idéale pour la santé !

2) Et l’eau du robinet dont on ne cesse de vous dire qu’elle est propre à la consommation parce qu’exempt de bactéries, non plus ! ! !

1) En effet, il faut savoir que les minéraux que l’on trouve dans ces eaux en bouteilles sont des minéraux inertes ou « morts » et correspondent plus pour vous donner une image, au calcaire qui se dépose sur votre robinet et dans vos tuyauteries qu’à autre chose ! Voyez-vous où je veux en venir ? Le corps ne pourra rien faire de ces minéraux inertes, pire encore, il devra s’en débarrasser car ils sont devenus des déchets à traiter par l’organisme. Celui-ci va donc devoir faire travailler ses reins encore plus, pour faire le nettoyage ! C’est l’inverse de l’effet recherché lorsqu’on s’hydrate et qu’on souhaite aider son organisme à se purifier grâce à l’eau !

A l’inverse, les eaux de boissons favorables à une bonne santé sont celles qui sont très faiblement minéralisées (moins de 200mg/l), avec si possible un ph légèrement acide (soit inférieur à 7), une haute résistivité (ohms élevés) et non oxydantes (soit rH2 <28).
Rassurez-vous, vous pourrez trouver ces eaux en vente en supermarché comme en magasin bio. Il va juste falloir apprendre à les reconnaître (ce sont rarement celles qui font le plus de pub).

Pour cela, je vous invite à observer l’étiquette d’une eau de source très classique et bon marché (bien qu’elle ne présente pas tous les critères évoqués ci-dessus) :

Détail de l'étiquette Laqueuille

On note la présence de 2/4 informations : mg/l et ph, manque : résistivité et réduction (souvent le cas en supermarché, à l’exception d’une marque citée ci-après).

Voici quelques marques de grande distribution : eau de source de Montagne Laqueuille (marque repère Leclerc), Mont Roucous, eau de source de montagne Carrefour… NB : souvent, les eaux « marques repères » sont peu minéralisées – mais toujours vérifier l’étiquette. En magasin bio : Montcalm, Rosée de la Reine, etc…

2) L’eau du robinet quant à elle, est tout bonnement catastrophique. On y trouve des rejets de pesticides, d’engrais, de métaux lourds, de polluants divers et variés, des résidus médicamenteux et hormonaux… et j’en passe ! Alors le minimum pour la consommer, reste de la filtrer à l’aide de carafes type « Brita » ou mieux encore N4EWater !

Je vous invite à lire une fiche récapitulative ici, gracieusement mise à disposition par www.lemieuxetre.ch (© Copyrights Centre Oasis, Rue du Vélodrome 9, 1205 Genève.).

Par ailleurs, pour ceux et celles d’entre vous qui vous voudraient aller plus loin, je vous invite à vous renseigner sur l’eau informée, dynamisée et sur l’impact très probable des énergies, pensées, formes, couleurs, musiques et sons sur l’eau…

Vous avez des questions ?

Cet article a bousculé les idées que vous aviez sur l’eau de boisson, l’eau du robinet etc…?
Partagez votre expérience, question ou réflexion par le biais d’un commentaire !

Merci et à bientôt !

 

Trouver de l’eau hydroxydase ici.
(eau de grande qualité dont les minéraux sont conservés grâce à une méthode d’extraction unique)