Actualité : nouveau tuto vidéo !

Helloooooo !

Voici comme promis dans mon précédent article, le tuto vidéo pour réaliser votre propre huile prodigieusement scintillante (voir la vidéo ci-dessous en HD de préférence ; TUTO : huile prodigieusement scintillante, faite maison !) !

A partager si vous aimez !

A très bientôt pour de nouvelles recettes et aventures bio ! ! !

Mon huile prodigieusement scintillante, faite maison !

Aaaah l’été… Les vacances, tout ça… Ça donne envie n’est-ce pas ?

Serait-ce parce qu’il fait beau et chaud (normalement), que les moments de détente sont au rendez-vous ; en famille, avec des amis, en couple ou non (nb : célibataires, cet article peut vous servir)…Huile prodigieusement scintillante 2.0

Pour nous, femmes – dites-moi si je me trompe – l’été est généralement aussi synonyme de beauté et de bien-être ; on est toute fière à l’idée de porter notre dernière petite robe, nos accessoires fantaisie, nos produits de maquillage et de soin spécial été, etc… Bref, rien n’est plus agréable que de se sentir belle et bien dans sa peau en cette période de l’année…

Et c’est bien là où je veux en venir, vous vous doutez bien !

Il existe dans le commerce depuis pas mal d’années maintenant, une huile célèbre et très prisée l’été qui a remporté de nombreux éloges de la part des magazines féminins ainsi que des blogs et autres avis de consommatrices (cf. allusion dans le titre).

Et aujourd’hui, mesdames et messieurs, je vous propose de réaliser votre propre huile prodigieusement scintillante ; une huile sèche naturelle et bio, multi-usages qui vous servira aussi bien pour le visage, le corps que pour les cheveux !

Alors c’est parti !

Dans la recette originale, 6 huiles végétales sont utilisées. Celles de Bourrache, Millepertuis, Amande douce, Camélia, Noisette, Macadamia.

Je vous propose pour ma part, de réaliser votre produit à partir d’huiles végétales naturelles et bio de Papaye, de Macadamia et de macérât de Vanille (dans de l’huile végétale de sésame bio).

Pourquoi choisir ces huiles ?

C’est très simple. Elles sont d’excellente qualité et procurent un toucher sec, non gras après l’application, bien pratique si on doit s’habiller pour sortir juste après ou pour éviter de se sentir encore plus collant avec la chaleur…

Quelques-unes de leurs nombreuses propriétés :

– HV* de papaye : régule l’excès de sébum, convient aux peaux grasses et acnéiques, non occlusive, apaise et adoucit la peau, pénètre très facilement, très stable face à l’oxydation, apporte brillance et soin aux cheveux…

– HV de macadamia : protège légèrement contre les  UV (tout comme l’HV de sésame), facilite la micro-circulation et tonifie le système lymphatique, cicatrisante, apaisante et pénétrante, protectrice capillaire…

– Macérât de vanille : odorant, non gras, adoucit la peau, la nourrit, l’hydrate, l’apaise et nourrit les cheveux…

A ces merveilleuses huiles bienfaisantes, nous allons simplement ajouter quelques gouttes d’huiles essentielles, puis le mica qui donnera toute sa beauté à cette huile et enfin la vitamine E, pour la conserver plusieurs mois (tout l’été sans problème…s’il vous en reste !).

Quelques propriétés des huiles essentielles choisies :

– HE** de Lavandin (lavande fine ou aspic également possible) : anti-inflammatoire, cicatrisante, calmante, relaxante, antalgique…

– HE d’Ylang-Ylang (distillation complète – totum) : régénératrice cellulaire, antiseptique, séborégulatrice, tonique de la peau et des cheveux, stimulant intellectuel et sexuel !

J’ai choisi ces huiles essentielles pour leurs propriétés bien sûr, mais également pour leur parfum envoûtant (surtout l’Ylang-Ylang) qui ajoutera une note très sensuelle…

Les matières premières

NB : si vous souhaitez réaliser une huile comme celle-ci, à visée après-solaire uniquement, vous pouvez ajouter de l’huile de millepertuis (risque  de photosensibilisation au soleil) et augmenter le ratio d’HE de lavandin ou de lavande et ajouter quelques gouttes d’HE de camomille romaine, de géranium bourbon ou de cyprès bleu (en petite qtité) par exemple… 


Voici maintenant les étapes pas à pas pour réaliser très simplement et rapidement, votre propre huile prodigieusement scintillante (en 50 ml) qui pourra être utilisée aussi bien en journée qu’en soirée, sur le visage, le corps et les cheveux :

Le matériel requis (rappel : à désinfecter avant toute utilisation) :

–           Un bol ou autre récipient,

–           Un bouchon doseur ou une pipette / seringue,

–           Un mini-fouet,

–           Une cuillère doseuse type TAD si possible,

–           Une grosse seringue pour le transfert final,

–           Un flacon pompe.

La recette :

–           HV de papaye : 20 ml,

–           HV de macadamia : 15ml,

–           Macérât de Vanille (dans HV de sésame) : 15ml,

–           HE d’Ylang-Ylang : 10 gttes*** environ,

–           HE de Lavandin : 5 gttes,

–           Vitamine E : 4 gttes,

–           Mica noisette : 1 TAD (ou 0,3g).

La procédure :

–        A l’aide d’un bouchon doseur par exemple, récupérez les bonnes quantités d’HV que vous placez unes à unes dans le bol puis mélangez,

–         Ajoutez la cuillère TAD de mica noisette puis mélangez doucement pour ne pas éparpiller le mica dans l’air,

–        Ajoutez les bonnes quantités d’huiles essentielles (ps : les quantités indiquées sont données pour obtenir une odeur légère et non entêtante) puis mélangez,

–           Enfin, ajoutez les gouttes de vitamines E et mélangez totalement tous les ingrédients.

–           Débouchez votre flacon pompe,

–           A l’aide de la grosse seringue, récupérez l’huile contenue dans le bol puis transférez-la dans le flacon.

–        Refermez le flacon et c’est terminé ; votre huile prodigieusement scintillante est prête à l’emploi, vous pouvez la secouer avant de l’appliquer (nb : faire toutefois un test dans le pli du coude pendant 48h avant de l’utiliser comme pour tout nouveau produit acheté ou fabriqué).

Voici mon huile prodigieusement scintillante faite maison !!!

Vous pouvez désormais profiter de votre été et « faire la belle » au soleil ou en soirée car vous détenez le produit rêvé qui nourrit et protège naturellement votre peau et vos cheveux et les habille de subtils reflets dorés et scintillants ! ! !

Ouaouh… ! Que demander de plus ?

Et si vous hésitez encore à vous lancer, vous pouvez visionner mon tuto vidéo !

Alors à très vite et en attendant, laissez-moi un commentaire et partagez cet article avec vos amies !

 

*HV : Huile Végétale.
** HE : Huile Essentielle.
*** gttes : gouttes.

Pour trouver les matières premières utilisées, voir cette page.

Non mais à l’eau quoi !?! T’as bu ?

Coucou tout le monde !

Je n’ai pas résisté à utiliser ce clin d’œil un brin décalé pour mon titre afin de vous inviter à parler d’eau de boisson ! ! ! Oui, je sais, je sais… C’est la chaleur !Eau de boisson

Eh bien justement, la chaleur a été aussi tardive que soudaine mais elle est enfin là, du moins dans le sud de la France…

Chaque année, on nous rabâche les oreilles pour boire abondamment en période estivale, encore plus en cas de canicule et encore un peu plus si on a un âge avancé !

Alors oui, certes, il faut boire plus lorsqu’il fait chaud pour ne pas se déshydrater mais j’aimerais aujourd’hui vous inviter à réfléchir à quelle eau boire, pourquoi, comment etc… Car boire plus ; oui, mais n’importe quoi ; non ! ! !

Pour commencer, voici un petit récap’ des boissons utiles pour s’hydrater comme pour améliorer sa santé :

Les boisons à éviter :

  • SODAS ! Même si c’est tentant lorsqu’il fait chaud !
  • Eau du robinet (ne criez pas, attendez de lire le reste et l’annexe !),
  • Alcool (qui déshydrate en plus du reste…),
  • Café,
  • Jus de fruits qui n’en sont pas (5% de fruits + sucre blanc + colorants + eau +…?),
  • Sirops…

Les boissons à privilégier :

  • Jus de fruits frais bio (nb : astuce pour rendre votre jus de fruit pétillant ; ajoutez 1 c à c de bicarbonate de sodium = succès assuré auprès des petits (et des grands) !),
  • Eau de qualité (voir détails plus bas et annexe),
  • Boisson au Kombucha,
  • Éventuellement et avec parcimonie, limonade bio,
  • Thé vert ou tisane que l’on peut consommer froid occasionnellement si on aime…

Revenons-en maintenant au sujet d’aujourd’hui : l’eau de boisson.

Vous vous demandez peut-être pourquoi faire un sujet là-dessus. Vous pensez savoir ce qu’il y a à savoir : boire si on a soif pour ne pas se déshydrater.

Mais non, les naturopathes notamment vous le diront : toutes les eaux ne se valent pas et non, il ne suffit pas de boire pour optimiser son état de santé. Mais alors quoi ? Vous demandez-vous, quel est le problème à la fin !?!

1) L’eau que l’on vous vend en bouteille avec renfort de pub et de marketing, dont on vous décrit tant les bienfaits de ses minéraux… n’est tout simplement pas idéale pour la santé !

2) Et l’eau du robinet dont on ne cesse de vous dire qu’elle est propre à la consommation parce qu’exempt de bactéries, non plus ! ! !

1) En effet, il faut savoir que les minéraux que l’on trouve dans ces eaux en bouteilles sont des minéraux inertes ou « morts » et correspondent plus pour vous donner une image, au calcaire qui se dépose sur votre robinet et dans vos tuyauteries qu’à autre chose ! Voyez-vous où je veux en venir ? Le corps ne pourra rien faire de ces minéraux inertes, pire encore, il devra s’en débarrasser car ils sont devenus des déchets à traiter par l’organisme. Celui-ci va donc devoir faire travailler ses reins encore plus, pour faire le nettoyage ! C’est l’inverse de l’effet recherché lorsqu’on s’hydrate et qu’on souhaite aider son organisme à se purifier grâce à l’eau !

A l’inverse, les eaux de boissons favorables à une bonne santé sont celles qui sont très faiblement minéralisées (moins de 200mg/l), avec si possible un ph légèrement acide (soit inférieur à 7), une haute résistivité (ohms élevés) et non oxydantes (soit rH2 <28).
Rassurez-vous, vous pourrez trouver ces eaux en vente en supermarché comme en magasin bio. Il va juste falloir apprendre à les reconnaître (ce sont rarement celles qui font le plus de pub).

Pour cela, je vous invite à observer l’étiquette d’une eau de source très classique et bon marché (bien qu’elle ne présente pas tous les critères évoqués ci-dessus) :

Détail de l'étiquette Laqueuille

On note la présence de 2/4 informations : mg/l et ph, manque : résistivité et réduction (souvent le cas en supermarché, à l’exception d’une marque citée ci-après).

Voici quelques marques de grande distribution : eau de source de Montagne Laqueuille (marque repère Leclerc), Mont Roucous, eau de source de montagne Carrefour… NB : souvent, les eaux « marques repères » sont peu minéralisées – mais toujours vérifier l’étiquette. En magasin bio : Montcalm, Rosée de la Reine, etc…

2) L’eau du robinet quant à elle, est tout bonnement catastrophique. On y trouve des rejets de pesticides, d’engrais, de métaux lourds, de polluants divers et variés, des résidus médicamenteux et hormonaux… et j’en passe ! Alors le minimum pour la consommer, reste de la filtrer à l’aide de carafes type « Brita » ou mieux encore N4EWater !

Je vous invite à lire une fiche récapitulative ici, gracieusement mise à disposition par www.lemieuxetre.ch (© Copyrights Centre Oasis, Rue du Vélodrome 9, 1205 Genève.).

Par ailleurs, pour ceux et celles d’entre vous qui vous voudraient aller plus loin, je vous invite à vous renseigner sur l’eau informée, dynamisée et sur l’impact très probable des énergies, pensées, formes, couleurs, musiques et sons sur l’eau…

Vous avez des questions ?

Cet article a bousculé les idées que vous aviez sur l’eau de boisson, l’eau du robinet etc…?
Partagez votre expérience, question ou réflexion par le biais d’un commentaire !

Merci et à bientôt !

 

Trouver de l’eau hydroxydase ici.
(eau de grande qualité dont les minéraux sont conservés grâce à une méthode d’extraction unique)